Le musée de l’imprimerie, à l’Institut français d’archéologie orientale

Galée comprenant le logo de l’Ifao

L’imprimerie de l’Ifao a été créée en 1898 et s’est installée dans l’enceinte du Palais Mounira en 1907.

Le Palais Mounira, au Caire

Sa création répondait à un besoin de la communauté scientifique de disposer d’une imprimerie capable de créer et de composer de nouveaux hiéroglyphes.

Le Catalogue de la fonte hiéroglyphique de l’Ifao recense ainsi plus de 8000 caractères hiéroglyphiques, spécialement conçus pour les publications de l’Ifao. Dès le début du XXe siècle, l’imprimerie a ainsi pu réaliser une série importante d’ouvrages sur les temples ptolémaïques étudiés par l’Ifao dont Dendara, Esna et Edfou. 

Casses typographiques
Un caractère hiéroglyphique en plomb

Connue des orientalistes dès sa création, l’imprimerie pouvait composer des langues rares comme le copte memphitique, le copte thébain, l’éthiopien, l’hébreu, le ninivite, le syriaque.

Plaque servant à l’impression au plomb

Au cours de ses 120 ans d’existence, l’imprimerie s’est transformée en suivant l’évolution des techniques d’impression : l’impression au plomb a été délaissée en 1992 au profit de l’impression offset. Puis en 2011 et 2014, l’Ifao investit dans des presses numériques qui représentent désormais 90% des impressions. 

Un petit conservatoire, créé en 2011, présente les machines et les techniques liées à l’impression au plomb : monotype, casses de hiéroglyphes, fondeuses de caractères, presses typographiques manuelles du début du XXsiècle, massicot en bois…

Vue d’ensemble de l’ancienne imprimerie

Ce musée constitue une vitrine patrimoniale pour l’Ifao que nous vous proposons de visiter ici :

Mathieu Gousse, Institut français d’archéologie orientale

www.ifao.egnet.net

Photographies : J. Ballu

Exposition : Kalash, les derniers animistes de l’Hindu Kush

Exposition photographique à l’EFEO, du 10 février à fin mai 2020.

Clichés de Xavier Nory, reportage réalisé dans le village de Krakal, vallée de Bumburet (Pakistan) en janvier 1986 puis de septembre 1987 à janvier 1988 et de mai à septembre 1988.

Les Kalash, la dernière ethnie animiste (environ 3 500 en 1988) du Pakistan, vivent dans trois petites vallées d’altitude Bumburet, Rumbur et Birir, situées au Nord du pays, à une trentaine de kilomètres de la frontière afghane.

Polythéistes, les dieux et déesses Khodaï, Balumain, Jestak … et les esprits de la nature accompagnent leur vie quotidienne menée en quasi-autarcie. Le maïs est la principale culture, un peu de blé poussent dans les champs les plus bas des vallées. Ils élèvent boucs, chèvres et moutons qui sont sacrifiés et consommés pour les fêtes. Le fromage est essentiel à leur alimentation – celui de chèvres est principalement réservé à la fête du retour du printemps Joshi. Noix et mures sauvages abondent et complètent cette alimentation frugale.  Quelques pieds de vigne leur permettent de fabriquer du vin pour la fête du solstice d’hiver Chaumos mais sous la pression de l’Islam, la religion dominante, les sarments sont arrachés.

Les Kalash sont les seuls à pratiquer le gal, mi-golf mi- cricket, bien plus qu’un sport, il est un important lien social. C’est l’occasion pour les villages d’une même vallée de se rencontrer pendant la période hivernale car il se pratique exclusivement sur les champs enneigés. Chaque village a son équipe qui le représente, les deux protagonistes d’une rencontre sont tirées au sort. Le terrain de la compétition relie les deux villages à travers champs (du plus bas en altitude au plus haut et retour). Les joueurs de chaque équipe se déploient le long du trajet et se relayent pour faire circuler leur balle, avec l’interdiction de la toucher à la main. La compétition dure longtemps et peut se prolonger d’une année sur l’autre.

Xavier Nory a été très tôt initié à la photographie par son père qui lui en a appris tous les rudiments. Pour son ami d’enfance Hypo « Xavier est un photographe minutieux aux confins de l’obsession de la justesse de ce que doit dire l’image par elle-même, privilégiant  une lumière diffuse enveloppant la scène qui adoucit les ombres portées et éclaire le détail choisi ».

Parallèlement à son travail personnel, Xavier Nory seconda pour plusieurs campagnes publicitaires le photographe Jean Larivière. Sa seconde passion les voyages l’amène à découvrir, le Groenland, les chutes d’Ecom au Cameroun, les volcans Islandais, les montagnes sacrées des Huangshan en Chine, la Birmanie, l’Inde…jusqu’à ces 10 mois dans cet énigmatique pays Kalash au Pakistan dont cette exposition photographique témoigne.

Isabelle Poujol, École française d’Extrême-Orient

www.efeo.fr

Exposition : Un siècle de recherches archéologiques à Rijeka

À partir du 1er février 2020, Rijeka sera Capitale Européenne de la Culture, aux côtés de Galway en Irlande. Cette ancienne ville balnéaire de l’empire austro-hongrois est aujourd’hui la troisième ville de Croatie avec 150 000 habitants. Son port dominant la baie du Kvar est le plus grand du pays.

Inaugurée le 9 octobre dernier à l’École française de Rome en présence de Jasen Mesić, ambassadeur de Croatie en Italie, une exposition photographique retrace la riche histoire de cette la ville portuaire au cours de l’époque romaine en présentant les découvertes archéologiques majeures intervenues au cours du XXe siècle. Palma Karković Takalić (Université de Rijeka) a introduit l’événement avec une conférence faisant état des connaissances sur l’antique Tarsatica et l’évolution de l’archéologie urbaine : « Tarsatica romana. Ricerca, tutela e valorizzazione del patrimonio archeologico tra passato e presente ».

Jasen Mesić, ambassadeur de Croatie en Italie
Objets trouvés à Rijeka
Palma Karković Takalić (Université de Rijeka)

Ce projet est le résultat d’un programme de recherches scientifiques « SREBAK – Medieval Heritage of Kvarner region », mené par le département d’histoire de l’art de la faculté de sciences humaines et sociales de Rijeka, sous la direction de Marina Vicelja-Matijašić (professeur d’art antique et médiéval), de Palma Karković Takalić et de Petra Predoević Zadković (chercheuses en histoire de l’art).

Prof. Marina Vicelja et Brigitte marin, Directrice de l’EFR

Outre l’université de Rijeka, de nombreuses institutions ont collaboré à la préparation de l’exposition : l’Ambassade de Croatie en Italie, le Musée maritime et historique du littoral croate, la ville de Rijeka, la Surintendance pour la conservation des biens culturels de Rijeka, l’Institut croate pour la restauration, les Archives d’État de Rijeka, la Bibliothèque universitaire de Rijeka, la Società di Studi Fiumani de Rome.

L’exposition présente dix-sept des plus importants sites archéologiques de la vieille ville de Rijeka et ses environs, fouillés entre 1914 et 2014, ainsi que les principaux acteurs de leur étude. Sont ainsi citées les découvertes de l’historien Giovanni Kobler à la fin du XIXe siècle ; les recherches de l’archéologue italien Mario Mirabella Roberti dans la nécropole romaine ; ou encore les contributions de Radmila Matejčić, Jaro et Ana Šašel et Mate Suic, membres du « Limes comittee », pour la mise au jour et la conservation du système défensif des Claustra Alpium Iuliarum ; le rôle du maire Riccardo Gigante jusqu’aux recherches plus contemporaines ayant conduit à la découverte de mosaïques romaines sur la place du Dôme de Rijeka.

Visiteurs de l’exposition

Sur les 24 panneaux présentés, de nombreuses photographies, cartes, plans et dessins illustrent un siècle de recherches archéologiques dans la ville croate. Ces études révèlent la présence d’une communauté prospère dans l’antique Tarsatica,  située à l’embouchure du fleuve au Ier s. ap. J.-C. La ville connut un essor particulier durant l’Antiquité tardive car elle constituait alors le port d’approvisionnement des Claustra Alpium Iuliarum dont on conserve les principia (secteur du commandement) et les « grands thermes » remontant au IIIe s. ap. J.-C., les enceintes datées du IVe siècle ap. J.-C. et une basilique paléochrétienne.

Vojko Obersnel, maire de Rijeka, et Pierre Savy, directeur des études pour le Moyen Âge

L’exposition est visible à Rome jusqu’au 9 novembre 2019, avant de faire étape dans d’autres villes italiennes, en particulier Trieste.

Cette première exposition est aussi l’occasion d’inaugurer une nouvelle saison pour la galerie de l’École ouverte sur la place Navone, dans le cœur historique de la ville de Rome.

Marie Zago, École française de Rome

www.efrome.it

Photographies : Camilla Possenti