Exposition : Un siècle de recherches archéologiques à Rijeka

À partir du 1er février 2020, Rijeka sera Capitale Européenne de la Culture, aux côtés de Galway en Irlande. Cette ancienne ville balnéaire de l’empire austro-hongrois est aujourd’hui la troisième ville de Croatie avec 150 000 habitants. Son port dominant la baie du Kvar est le plus grand du pays.

Inaugurée le 9 octobre dernier à l’École française de Rome en présence de Jasen Mesić, ambassadeur de Croatie en Italie, une exposition photographique retrace la riche histoire de cette la ville portuaire au cours de l’époque romaine en présentant les découvertes archéologiques majeures intervenues au cours du XXe siècle. Palma Karković Takalić (Université de Rijeka) a introduit l’événement avec une conférence faisant état des connaissances sur l’antique Tarsatica et l’évolution de l’archéologie urbaine : « Tarsatica romana. Ricerca, tutela e valorizzazione del patrimonio archeologico tra passato e presente ».

Jasen Mesić, ambassadeur de Croatie en Italie
Objets trouvés à Rijeka
Palma Karković Takalić (Université de Rijeka)

Ce projet est le résultat d’un programme de recherches scientifiques « SREBAK – Medieval Heritage of Kvarner region », mené par le département d’histoire de l’art de la faculté de sciences humaines et sociales de Rijeka, sous la direction de Marina Vicelja-Matijašić (professeur d’art antique et médiéval), de Palma Karković Takalić et de Petra Predoević Zadković (chercheuses en histoire de l’art).

Prof. Marina Vicelja et Brigitte marin, Directrice de l’EFR

Outre l’université de Rijeka, de nombreuses institutions ont collaboré à la préparation de l’exposition : l’Ambassade de Croatie en Italie, le Musée maritime et historique du littoral croate, la ville de Rijeka, la Surintendance pour la conservation des biens culturels de Rijeka, l’Institut croate pour la restauration, les Archives d’État de Rijeka, la Bibliothèque universitaire de Rijeka, la Società di Studi Fiumani de Rome.

L’exposition présente dix-sept des plus importants sites archéologiques de la vieille ville de Rijeka et ses environs, fouillés entre 1914 et 2014, ainsi que les principaux acteurs de leur étude. Sont ainsi citées les découvertes de l’historien Giovanni Kobler à la fin du XIXe siècle ; les recherches de l’archéologue italien Mario Mirabella Roberti dans la nécropole romaine ; ou encore les contributions de Radmila Matejčić, Jaro et Ana Šašel et Mate Suic, membres du « Limes comittee », pour la mise au jour et la conservation du système défensif des Claustra Alpium Iuliarum ; le rôle du maire Riccardo Gigante jusqu’aux recherches plus contemporaines ayant conduit à la découverte de mosaïques romaines sur la place du Dôme de Rijeka.

Visiteurs de l’exposition

Sur les 24 panneaux présentés, de nombreuses photographies, cartes, plans et dessins illustrent un siècle de recherches archéologiques dans la ville croate. Ces études révèlent la présence d’une communauté prospère dans l’antique Tarsatica,  située à l’embouchure du fleuve au Ier s. ap. J.-C. La ville connut un essor particulier durant l’Antiquité tardive car elle constituait alors le port d’approvisionnement des Claustra Alpium Iuliarum dont on conserve les principia (secteur du commandement) et les « grands thermes » remontant au IIIe s. ap. J.-C., les enceintes datées du IVe siècle ap. J.-C. et une basilique paléochrétienne.

Vojko Obersnel, maire de Rijeka, et Pierre Savy, directeur des études pour le Moyen Âge

L’exposition est visible à Rome jusqu’au 9 novembre 2019, avant de faire étape dans d’autres villes italiennes, en particulier Trieste.

Cette première exposition est aussi l’occasion d’inaugurer une nouvelle saison pour la galerie de l’École ouverte sur la place Navone, dans le cœur historique de la ville de Rome.

Marie Zago, École française de Rome

www.efrome.it

Photographies : Camilla Possenti


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.