L’Atelier de conservation de sculpture du musée national du Cambodge

Le musée national du Cambodge (MNC), à Phnom Penh, a rouvert ses portes aux visiteurs le 8 juin dernier après deux mois de fermeture. Cependant, ils se font rares. Durant ces mois de saison des pluies, l’Atelier poursuit, dans les salles, les déplacements et les agencements d’œuvres entamés au moment de la fermeture.

Installation de la statue en bronze de Vishnu couché (Ga5327), du Mebon occidental
dans l’aile sud-est du musée.

Ces mouvements concernent essentiellement les salles consacrées à la statuaire de la période angkorienne, du IXe au début du XIIIe siècle. Sont en particulier réorganisés les espaces dédiés à la statuaire de Koh Ker avec la mise en place des imposants groupes sculptés du Prasat Chen (les combats de Valin et Sugriva et de Bhima contre Duryodhana), dont plusieurs statues ont été restituées au Cambodge ces dernières années.

À quelques pas du musée, au pavillon Chanchhaya, le pavillon du Palais royal dévolu à la danse, Khom Sreymom effectue des études de polychromie sur des décors architecturaux et des frises de danseuses en relief (éléments en ciment datant de sa reconstruction en 1913) situés au rez-de-chaussée.

En même temps, dans le cadre de la célébration du Centenaire du Musée, l’Atelier poursuit la réalisation d’une quarantaine de notices en trois langues et la collecte de documents, provenant en particulier du fonds photographique du MNC, qui ponctueront le parcours des collections permettant ainsi une meilleure connaissance du musée et des personnalités qui l’ont enrichi au fil du siècle.

Il peut s’agir d’éclairer un aspect du musée ou de ses diverses collections : sculptures, inscriptions, photographies ou curiosités, en prêtant attention aussi bien à la provenance, qu’aux aléas de la conservation ou aux matériaux.

Nombreux sont ceux qui apportent leurs précieuses contributions à l’élaboration, la relecture et la traduction de ces notices. Nous reproduisons ici à titre d’exemple la notice qui s’intéresse à un couple de statues très populaire au Cambodge :

Rapportées au musée en 1923 par George Groslier, ces deux statues alors sans tête, proviennent du Prasat Neang Khmau, « Le temple de la jeune femme noire », un temple du Xe siècle dont deux tours en briques se dressent encore dans l’enceinte du Vat Borannivés à 4 km à l’ouest du Phnom Chisor.

Prasat Neang Khmau, vue de l’ouest avec l’ancien vihear en retrait de l’emplacement d’une probable troisième tour au sud aujourd’hui disparue. ©MNC – c. 1950.

La légende raconte qu’autrefois une très belle princesse appelée Neang Khmau originaire du Phnom Chisor, fut reniée par son père après être tombée sous le charme d’un jeune homme qui la séduisit par le chant qu’il tirait d’une feuille. Condamnée à vivre recluse dans un temple situé dans la plaine sur ordre de son père, elle finit par oublier son premier amour et s’éprit d’un bonze qui se défroqua pour elle et l’épousa. C’est ainsi que le temple prit son nom.

Couverture du livre Prasat Neang Khmau, Mme Mao Samnang,
Éditions Banteay Srei, 2012.

La statue féminine encore sise dans la tour nord avant son transfert au musée incarnait vraisemblablement la princesse. Le lustre du torse témoigne de la vénération dont elle est toujours l’objet.

En 1995, lors de la reconstruction du vihear (temple) au sud, à proximité de l’emplacement d’une troisième tour complètement disparue, une tête de cheval en grès a été retrouvée par la communauté monastique. Elle fut confiée au Premier ministre Samdech Akkeakmohasenapadei Decho Hun Sen, qui la remit au musée en 1996.

Ce n’est que quatre ans plus tard que l’on découvrit que cette tête de cheval appartenait à la statue masculine. En l’absence d’attribut, il est difficile de savoir lequel des deux avatars de Viṣṇu à tête de cheval est ici représenté : Hayagrīva, le sauveteur des Vedas ou Kalkin, le sauveur de l’avenir. Cependant, l’épigraphie du pays khmer évoque souvent le premier alors que le second n’apparaît pas, il devrait donc s’agir d’une représentation de Viṣṇu sous les traits de Hayagrīva.

Février 2000, Sok Soda et Oum Porn viennent de poser
la tête de cheval sur ses épaules. ©MNC-EFEO.

Les inscriptions conservées sur les piédroits des deux tours restantes laissent penser qu’une représentation de Viṣṇu Trivikrama, « Viṣṇu reconquérant les trois mondes – ciel, terre et enfer – en trois enjambées », était installée dans la tour centrale tandis que Hayagrīva était placé dans la tour sud et Lakṣmī – « la jeune dame noire » – dans le nord.

La tour sud conservait il y a encore quelques années
des peintures murales d’inspiration vishnuites 
aujourd’hui quasiment disparues.
Ces peintures sont contemporaines des bas-reliefs
en brique encore conservés à l’intérieur de deux tours
du Prasat Kravan (Siem Reap) / ©MNC, fonds G. Groslier.

Photographies des relevés des peintures de la tour sud réalisés par Henri Mauger / 1936 © EFEO_CAM12632.

À l’issue de la restauration des tours en 2019, des moulages des deux statues ont été installés dans chacune d’elle.

Bertrand Porte, École française d’Extrême-Orient

www.efeo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.