Une résidence Collex-Persée à l’École française d’Athènes

L’EFA a été retenue fin 2021 pour la résidence Collex-Persée “Infrastructures numériques pour le fonds d’archives et la collection des artistes Gilliéron“.

C. Mitsopoulou et M. Stahl montrant des reproductions d’une œuvre d’Émile Gilliéron fils (1939): une “Grâce”, isolée d’une scène de danse ornant un cratère en marbre (MNA Γ3625), dans une proposition inspirée de la polychromie des Korai de l’Acropole.

Comment décririez-vous l’objectif d’une résidence CollEx-Persée à l’EFA ?

M. Stahl : « L’appel à projet “Résidences” soutenu par le GIS Collex-Persée a été lancé pour la première fois en 2021. Il permet à un chercheur d’être accueilli dans un établissement conservant des fonds patrimoniaux, en vue de l’étude, la description et/ou la mise en valeur d’une collection spécifique. Trois objectifs principaux sont mis en avant : valoriser scientifiquement les documents considérés, offrir un « espace-temps » de travail en lien privilégié avec les professionnels de l’information (IST), ou encore favoriser la numérisation enrichie des collections. Le projet porté par l’EFA a eu l’opportunité d’être retenu pour cette première édition. Il a débuté en septembre 2021 et se poursuivra durant toute une année académique. »

C. Mitsopoulou : « Le but des résidences CollEx-Persée est d’offrir l’opportunité à un.e chercheur.euse d’investir du temps de recherche dans un fonds d’archives abrité par une bibliothèque ayant acquis le label d’excellence du GIS CollEx. Sa mission est de contribuer avec son savoir de spécialiste à la valorisation du fonds, étant encadré durant cette année par un spécialiste de l’IST, dans notre cas M. Stahl. Il s’agit alors d’organiser et approfondir notre niveau de compréhension et notre gestion d’un fonds d’archives décisif pour le domaine de l’archéologie de la Grèce, mais pas seulement. C’est un ensemble présentant un haut intérêt archivistique et scientifique, dû à sa complexité et longue durée de formation (plus d’un siècle). Il est composé de quatre grandes parties : i) le fonds d’archives proprement-dit, ii) un ensemble d’œuvres d’art graphiques, iii) une collection de copies, tirages, facsimilés d’objets archéologiques issus des fouilles en Grèce et ailleurs, et iv) l’équipement de l’atelier de trois générations d’artistes de la famille Gilliéron. Notre mission est d’avancer dans la structuration de cet ensemble, en menant des opérations documentaires comme des travaux de recherche, en vue de sa valorisation.

Quelles sont les spécificités de cette résidence ?

C. Mitsopoulou : « Le fonds fut déposé dans une institution qui est liée dès le départ à sa constitution. Une spécificité à noter est sa pluridisciplinarité : le projet Gilliéron est un programme de caractère transversal, concernant simultanément le domaine de l’archéologie (section antiquité) et l’histoire de la discipline dans le cadre de la formation et transformation de l’état grec aux 19e/20e siècles (section moderne et contemporaine). Il impose ainsi des approches plus flexibles qu’habituellement, une certaine « fluidité des disciplines ». Si le fonds profite du regard archéologique que nous pouvons lui vouer, il devient simultanément formateur de nos regards et nous mène vers une ouverture d’approches.

Une spécificité que je voudrais souligner davantage est le moment durant lequel ce matériel – crucial pour l’histoire de l’archéologie de la Grèce – a été rendu disponible à la recherche : contrairement à d’autres archives des institutions archéologiques, reçues depuis longue date et disposant d’une « vie archivistique » avant l’ère numérique, le fonds Gilliéron est arrivé à l’EFA récemment; le raisonnement archivistique s’est alors fait dès le départ sous des conditions optimales de l’ère numérique. Le privilège de pouvoir être accompagnée durant la résidence par une spécialiste de gestion des archives comme M. Stahl, et de pouvoir profiter de ses conseils, permet l’élaboration et la mise en place d’outils méthodologiques nécessaires afin de gérer au mieux l’ensemble. »

M. Stahl : « Le travail collaboratif mis en avant par cette résidence est un des points les plus marquants de l’appel. Le chercheur, en la personne de C. Mitsopoulou, est accueilli sur place et peut donc travailler à proximité immédiate des collections ; l’archiviste dispose en retour d’un spécialiste du sujet, pouvant identifier et recontextualiser les documents. C. Mitsopoulou apporte notamment sa connaissance encyclopédique du fonds, de ses producteurs, ainsi que du contexte historique en relation ; en tant qu’archéologue elle porte aussi un regard d’expert sur les œuvres et objets en lien avec les sciences de l’Antiquité. Pour ma part, je partage les techniques de description aux normes et standards en vigueur, je propose une mise en forme des métadonnées et un travail sur les référentiels. »

En quoi la résidence Collex-Persée vous permettra-t-elle d’avancer dans le programme de recherche « Archives Gilliéron » ?

C. Mitsopoulou : « L’opportunité offerte par cette résidence annuelle est apparue à une phase cruciale de notre processus : nous sommes à la transition entre deux programmes quinquennaux (2017-2021 et 2022-2026) et il était nécessaire d’organiser les données accumulées durant la première phase, de raisonner sur les besoins de cet ensemble complexe et de proposer les solutions qui permettront la mise en valeur des divers niveaux d’informations contenues dans le fonds. »

M. Stahl : « À mon sens, la résidence Collex-Persée offre à l’EFA l’occasion unique de concrétiser un travail commun chercheur-archiviste autour d’un fonds aussi complexe que celui de l’atelier Gilliéron, en s’inscrivant dans un temps long. Un vrai échange peut ainsi avoir lieu, un travail complémentaire, chacun partageant avec l’autre ses compétences. La complémentarité des points de vues, des méthodes de travail, bénéficie aux deux parties. Cette résidence à quatre mains est en totale adéquation avec la complexité du fonds Gilliéron. Ce fonds cédé à l’EFA, particulièrement riche et rassemblant une grande variété de pièces, est arrivé en vrac, accompagné des collections d’objets et autres outils de l’atelier. Nos deux univers dialoguent parfaitement et se complètent afin de reconstituer les dossiers documentaires et la vie de l’atelier. Plus largement, je dirais que cette collaboration au long cours est pour chacune de nous une véritable immersion dans la discipline de sa collègue ; elle aide ainsi à mieux comprendre le travail de l’autre, avoir un regard plus ouvert sur son métier. »

C. Mitsopoulou : « Et au-delà de cet accompagnement optimal de notre recherche, nous avons un privilège rare et non négligeable : la présence constante, à nos côtés, d’une troisième personne, en l’occurrence le donateur même du fonds, du descendant de la 4e génération du premier artiste, Monsieur Émile Gaston Gilliéron. Sans revenir à sa générosité et haut sentiment de responsabilité face aux besoins de la recherche, il met à notre disposition son savoir et ses souvenirs, partage la mémoire familiale et les échos d’évènements, nous assiste lors de l’identification de documents et leur attribution aux diverses générations. En fait, il est un précieux membre de notre équipe, les archives sont arrivées avec une « voix propre ». Sa présence intègre le paramètre anthropologique de l’histoire orale aux outils d’interprétation et de documentation qui se trouvent à notre disposition. »